Pour vous rendre sur les lieux de cette jolie ballade : en venant par la RN66 de Remiremont, prendre direction Rupt-sur-Moselle. A l'entrée du village, vous trouverez l'hôtel-restaurant Bénélux Bâle sur votre droite.

Prendre la 1ère route à gauche de cet hôtel, vous longez le petit ruisseau en suivant la rue de la Charme pendant environ 4 à 5 km. Grimpez jusqu'à environ 850 m d'altitude (la route devient presque impraticable en voiture, vous stationnerez à une intersection vous offrant un chemin à droite ou à gauche).

La ballade commence sur votre gauche en empruntant un chemin forestier pendant 200m. Ensuite prenez sur votre droite en passant la barrière vous pénétrez dans un parc naturel protégé.
Pour préserver l'aspect naturel de ce site, sa diversité florale et ne pas déranger la faune riche, il est impératif de respecter les consignes qui vous sont exposées à l'entrée de la tourbière. Restez sur le sentier...

En s'enfonçant dans la forêt on ne se doute pas que la tourbière est proche. Et puis, peu à peu, on avance dans une forêt de bouleaux...


Paysage un peu lunaire en cette fin d'hiver : pas de feuillage, les herbes sont comme brulées par le gel récent.

Seule la bruyère et les mousses apportent un peu de couleur au site.

On traverse la tourbière tantôt sur un chemin sinueux au travers des bruyères et des bouleaux, tantôt sur des travées de bois qui nous guident jusqu'à l'autre côté de la tourbière.


Chants d'oiseaux, du vent... c'est une ambiance particulière.

Tiens, un peu de couleur : toute frêle, jaune très pâle, une petite fleurs perce au travers des mousses et herbes...
Une idée sur son nom ? Nous n'avons pas trouvé.


Une fois passé de l'autre côté, un sentier sur la droite offre un point de vue en hauteur sur la tourbière.
Un panneau indique quelques informations utiles sur la formation de la tourbière, sa faune et sa flore diversifiées et protégées.

L'humidité de la tourbière, sa situation géographique, son calme préservé, en font un lieu privilégié pour les mésanges huppées, quelques espèces de lézards et le célèbre coq de Bruyère, appelé aussi Grand Tétras.
Ce doit être lui que nous avons dérangé lors de notre ballade : il s'est envolé lourdement dès qu'il nous a entendu approcher (un gros oiseau noir, très lourd, un peu comme un gros faisan...)






Petit ruisseau qui sillonne la tourbière


                                                                                         Petite mare en bordure de tourbière








Rendez-vous est pris dans quelques semaines pour retrouver la tourbière de la Charme avec ses habits de printemps.